Skip to content

Réduire l'impact écologique des protections au cabinet dentaire par Dr Laurent Dussarps, chirurgien-dentiste

<< Retour aux articles

L'activité de soin médicale en générale et dentaire en particulier est génératrice de déchets le plus souvent non recyclables, qui vont être stockés dans des bacs jaunes spécifiques puis incinérés ; on les appelle DASRI (Déchets d'Activité de Soins à Risque Infectieux et assimilés). La plupart des recommandations, notamment issues de la Direction Générale de la Santé telle que le Guide de prévention des infections liées aux soins réalisés en chirurgie dentaire et stomatologie (2006), en particulier face au risque prion (ou ATNC Agents Transmissibles Non Conventionnels) recommande « l'utilisation de dispositifs médicaux à usage unique doit être largement privilégiée dès lors que la qualité et la sécurité des soins sont assurées».

En 2006, notre conscience écologique était probablement moins développée... Et la crise sanitaire liée au virus SARS-CoV-2 à l'origine de la maladie Covid-19 a totalement rabattu les cartes.

Les masques FFP2 périmés depuis 10 ans sont devenus parfaitement utilisables et leur durée d'utilisation a été portée à toute une vacation de 4 heures, de même que le lavage et la réutilisation des surblouses à usage unique... Ce qui aurait valu bien de réprimandes quelques semaines avant !

Cet article propose quelques astuces permettant de limiter les déchets pour penser à la planète... L'écologie n'est pas politique, c'est un mode de pensée et un engagement de chacun.
 

1) Bâches biodégradables pour protéger les guéridons 

Pour débarrasser les surfaces et plans de travail au maximum, tous les périphériques (et ils sont nombreux dans notre profession : lampe à polymériser, laser diode, moteur d'endodontie, bistouri électrique, quicksleeper etc...) ont été placés sur des guéridons alimentés en électricité. Une bâche les recouvre pour éviter leur contamination lors de soins générateurs de nébulisation. Le fait qu'ils soient biodégradables est un plus !
 
sac_biodegradable

 

2) Sacs en papier pour les patients

Bien qu'il soit recommandé aux patients de venir avec le moins de choses possibles, certains (et surtout certaines) arrivent avec des sacs, portefeuilles. Le sac en papier leur est donnés dès leur arrivée pour y poser leurs effets (et ils repartent avec le sac).
 
sac en papier

 

3) Utilisation de contenant en verre plutôt que des verres en plastique.

Avant tout soin, un rinçage à la bétadine pure est réalisé. Il en faut très peu, et cela tient aisément dans un gobelet en verre, tels que ceux qui contiennent par exemple des granules d'os utilisés pour les ROG (régénération osseuse guidée).
 
bétadine

 

4) Utilisation de surblouses et de calots lavables

Le jetable est générateur de déchets. Outre leur "coût" écologique, ils génèrent un coût financier, puisque, changés entre chaque patient, ils engendrent rapidement un volume important de DASRI, qu'il faut payer pour éliminer auprès de sociétés spécialisées. Il est évidemment interdit de les assimiler aux ordures ménagères.  
La DGS (Direction Générale de la Santé) a autorisé, sous conditions, la réutilisation de surblouses à usage unique, ce qui est probablement une mesure transitoire pour faire face à la pénurie.
 
surblouses

 

5) Groupement d'actes et gros RDV

Recommandé depuis longtemps par les coachs et spécialistes de l'organisation, le groupements des actes a de nombreux avantages.
  • Un gain de temps : on gagne les 5/10 minutes d'accueil du patient à chaque RDV. Mais le Covid-19 a apporté un nouvel avantage : le temps d'aération entre chaque acte nébulisant (qui est un temps de "non-soin") est proportionnellement moins important si les actes sont groupés et les RDV longs.
  • Un gain écologique et économique : en utilisant le matériel sur une séance, on utilise les EPI une seule fois, un seul kit d'instruments qui ne sont stérilisés qu'une seule fois.
Exemple : Pour s'en convaincre imaginons un praticien qui soigne 3 caries à raison d'une seule par RDV : il réalise 3 accueils patient (3 x 5 mn), il aère après chaque RDV (3 x 15 mn) et consomme 3 kits d'instruments qui sont stérilisés 3 fois (après chaque séance).
Un praticien qui soigne les 3 caries en 1 fois gagne 2 x 5 mn sur l'accueil du patient, 2 x 15 mn sur le temps d'aération et économise 2 EPI, 2 stérilisations.
 
surblouses



Bonne reprise à tous !




 





17-05-2020 | 20-05-2020 | vu 470 fois


Merci d'avoir lu notre article ! Article n° 149 (catégorie : Covid-19 et cabinet dentaire )

Ce site utilise des cookies

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour mesurer notre audience et vous proposer des fonctionnalités sociales.




En savoir plus

Spécialement pour les praticiens

Offres d'emploi par les dentiste installés, centres de soins

- Postez une annonce, mettez une ou plusieurs photos
- Remplacement, collaboration, association, salarié ...
- Cherchez dans les CV

Demandes d'emploi par les étudiants, dentistes non installés

- Postez un CV avec vos souhaits
- Cherchez dans les annonces du site

100% Responsive

99.9% de disponibilité / Mobile, PC, tablette